Panama

Jean en Amérique Latine

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Lapin latin

J’ai rendez-vous à 20h30 heures sur la Plazza Mayor, au niveau de la fontaine. Je dois retrouver un mec pour un petit bizness. Je l’ai rencontré l’après-midi à Miraflores, dans le parc au-dessus de la mer, près de la statue d’un couple s’embrassant goulûment et devant laquelle plusieurs mariés en tenus se faisaient tirer le portrait.
Lima
Le gars, un hidalgo décati se fait attendre. Il fait nuit et un peu frais, je fais des tours de fontaine. Le temps passe, je commence à râler contre le latin déteint. Pour m’occuper je fais des photos. Soudain je réalise que je ne suis pas seul : il y a sur la place un de pullulement de mariés, tous accompagnés de son photographe. Chacun y va de sa photo : devant la fontaine, devant les grilles du palais, devant la cathédrale… Certains couples n’ont qu’un photographe, d’autres ont un vrai « staff image », un photographe, un cadreur et un éclairagiste, mais personne au son : les mariés n’auraient-ils rien à dire ! Mais tous sont entourés d’une foule de badauds – visiblement les Limeños se repaissent du bonheur des autres, ou peut être rient-ils de tant d’innocence.
Lima
Mon contact n’arrive toujours pas, serait-ce un lapin latin. En tout cas cette ambiance bonne enfant m’inspire et je traque les couples sur la place. Je tente le coup de l’arroseur arrosé, mais les photographes sont farouches et chaque fois qu’ils me repèrent, ils fuient. Enfin j’en attrape un, faut dire que c’est gros poisson, ya même une limousine.
Lima
Vingt et une heures passé : tant pis pour lui, il ne fera pas son petit bénéfice sur mon dos : je mets les bouts. J’ai pas fait 50 mètres dans la rue piétonne que deux jeunes filles m’alpaguent. Rosa, 25-30 ans, un peu défraîchie, parce qu’ancienne « reina de la noche » et Johanna, à peine 20 ans et poupée péruvienne. Le frère de Rosa nous rejoint, il baragouine un poil de français.
Lima
Nous partons dans un bar proche en enquillons les bières, évidemment je suis le sponsor officiel du groupe, c’est là leur intérêt, le mien, c’est leur compagnie, parler espagnol et évidemment la poupée. La soirée passe plutôt agréablement, la poupée n’est pas farouche, mais leur avidité finit par me lasser et je les plante là. Non sans avoir eu mon rendez-vous avec la poupée. Mais j n’y irais pas, c’est mon lapin à moi.