Le Madazine des Madalascars

...Frank et jean en Lémurie

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Tanana Laborde

Si ta nana arrive, nous on en part. Mais ce n'est pas tout de le vouloir, il faut y arriver. Ta nana y arrive, mais pas nous. Lundi, ils sont arrivés trop tard pour prendre le vol du jour pour Tulear (ta nana arrive à l'heure). Ce matin ils ont prêt d'une heure en avance à l'aéroport, certains ainsi de partir. Mais Mada est malicieuse,. L'avion est retardé, il ne décolle que ce soir.
 Une journée cadeau à Tana. Y arriveront-ils ? Encore un jour à perdre ici. ça commence à leur peser.
 hommes chevaux
 Ils ont mal dormis au Jean Laborde. Jean est de mauvais poils, Frank apprenant le retard de l'avion râle. La journée, va être pesante. En sortant de l'aéroport, ils se font accoster par un homme jovial. "Bonjour je suis de la police" étonnante entrée en matière, pas des plus avenantes, l'homme poursuit, il essaye de lier connaissance, mais nos deux voyageurs sont bougons et ses efforts restent vain. Il a beau les prévenir de se méfier des chérie-chéries, les deux cousins le laissent là, se demandant qu'est ce qu'il vont bien pouvoir foutre de leur journée bonus à Tana. Ils partent à pied vers le bled le plus proche. "Taksy - Taksy", les hèlent incessamment des taximen, Jean échaudé, leur demande, "T'as ski ? - t'as ski ? - parce que j'en ai une paire neuve à vendre" .Même effet. Le taximan s'en va penaud.
Jean : Toutes les personnes qui nous abordent, nous parlent de filles. Il semblerait qu'à Mada y'a que ça. Frank : C'est pas parce que tu t'es levé du mauvais pied, qu'il faut tout voir en noir (Jean : tout et toutes)
Jean : Les lémuriens s'ils existent, se cachent, les plages nous emmerdent, les transports sont foireux, Et si on ne va pas aux putes y rien à faire ici. Tout les touristes sont des mecs seuls cherchant à marier Malgache, ou des groupes de d'hommes morts de faim. Alors, c'est pas facile de voir les choses en rose, en plus t'as pété et ronflé toute la nuit.
Un saut sémantique osé,  mais la colère donne de l'audace.
Frank : Oh! tu m'emmerdes, puis toi aussi tu ronfles.
La discussion s'éteint, ils marchent maugréant, perdus dans leurs pensées. Taksy - Taksy - Jean n'a même pas envie de leurs faire le coup des skis. ça va pas du tout.
Puis levant la tête, ils voient un panneau annonçant à trois km de là, la "Croc-Farm"  un élevage de crocos, piège à gogos et crocos deal.
Frank : On y va !?
Jean toujours aussi radieux : Au point où en est...
La visite ne les déçoit en rien : quelques animaux faméliques en guise d'alibi culturel, et cinq bassins de crocodiles rangés par taille, tous inertes, endormis au soleil. Pas grand chose à voir.
 Crocos
 croco-bizz oblige, ils mangent du croco : brochette de croco, steak de croco, croco curry et même pâté de croco. pour le désert, ce sera coco. Ca manque d'air.

à 17 heures 25, leur avion pour Tuléar est censé décoller.
Va-t'il partir, ou resteront-il ad vitam æternam coincés à Tana, cuvant leur hargne et bouillant d'une rage toute Tana-cide.