Le Madazine des Madalascars

...Frank et jean en Lémurie

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Nosy bé

 nosy bé 

Nosy Bé est une ile au mileu d'une grande baie, dont elle est le joyau (Monsieur Frank : Nosy veut dire île et Bé trés, je crois que c'est clair - Jean : non, parce que ça peut être "île trés", ou "trés île", et dans ce cas, tu nous parles peut être d'un archipel, ce qui est totalement différent - Frank : tu me fais chier !) . C'est aussi l'endroit le plus touristique de Mada. Bien que peu amateur du tourisme de masse, nos deux Mada-lascars, se doivent d'y aller, d'autant plus que s'y déroule durant le weekend de pentecote, le Donia. Trois jours de fête et de musique que tout le monde attend de puis un an.

 Une vedette rapide les transporte ainsi qu'une rapstar malgache et son crew, invité du Donia, vers le port de Hellville. Puis ils iront à Ambatolok (en bas to look) le st Tropez du coin, point de convergence des filles et des vazas.
 bateau
 Hellville n'est pas plus l'enfer qu'Ambatolok le paradis, c'est ce qu'il vont découvrir.
Le Donia attirant essentielement les Malgache, ils trouvent facilement un hotel. Ensuite ils explorent le village. Des cases en bois où vivent les malgaches, mélangées aux hotels de toutes catégories, des gargottes et des bars à vazas. Le soleil est encore haut, et la ville endormie. Sur la plage peu de monde, quelques quinqua ou sextagénaire barbottent avec leurs gazelles. Leurs jeux d'eau font aussi pueril, que le "romantisme" de la situation prête à sourire.
 boutre

L'heure a fraichit, et les gens sortent. La première chose qui saute aux yeux, c'est le nombre d'hommes seuls qui arpentent le village. Il sont maussades et ont l'air de s'ennuyer, mais ne vous y trompez pas, ce ne sont que des loups solitaires, qui attendent l'heure de la chasse

Nos deux compères ont mieux à faire, ils vont à Hellville, où la nuit est tombée. Nosy bé souffre depuis plusieurs mois, d'une carence en electricité. Hormis quelques échopes équipée d'un groupe electrogène, donc assourdissantes, la ville est plongée dans le noir. Et s'y promener dans la foule, donne une sensation assez étrange de grouillement paisible.

 nuit à Hell ville
 Mais même dans le noir le vaza restent blanc.
"Hey les vazas, ça va ?" C'est Vincent, un black qui les avait accosté en arrivant au port, pour leur fourguer un taxi. Il leur avait donné son QG: le "po'touze", le bar où il passe son temps. Ils n'ont pas spécialement envie de l'y retrouver, ayant immédiatement vu son avidité. Il est accompagné de Djouma et d'une amie, et vont trainer vers le Donia. Les deux cousins les suivent. ils s'installent à une gargotte et commandent des bières. Vincent qui se fait appeler Tupac, fait du rap, et s'y croit. Mais il n'a pas beaucioup de conversation et chaque fois qu'il l'ouvre c'est pour proposer une prestation ou un service, évidement surfacturé. Djouma (qui signifie vendredi), lui est plus enjoué, ils leur pose des question sur la France, il croit qu'on y travaille 18 heures par jour en buvant du café. Tandis qu'ici dit-il "plus tu travailles, moins tu gagnes". Il vit de plans avec les touristes. Aprés plusieurs THB, il  les invite chez lui sur la colline qui surplombe le stade où se tient le Donia. La cabane est en bois, mais quand ils y pénètrent, c'est un petit deux pièces cosy : un salon cuisine minuscule : une cuisinière et table, derrière un rideau une grande chambre encombrée de meubles avec la télé à fond. "Grace au Donia, on a de l'électricité ici". Ils prennent un bouteille de "Jama", rhum malgache fort et doux, et vont sur la colline qui surplombe le stade, où sur un banc il sirotent la bouteille et regardant en bas le Donia.
Un averse tropicale les déloge. C'est trempés qu'il rentrent à l'hotel, non sans avoir convenu d'un rendez vous avec leurs nouveaux "amis".
 Porte rouge
 Le lendemain ils les retrouvent aux "portes rouges", le fameux po'touze, un bar typique et festif. Vincent qui arrive le premier est encore plus sombre qu'hier. Il essaye toujours de leur placer ses produits, mais son assiduité rend le bizness difficile. Djouma arrive. Ils entament la discussion. Les deux malgaches leurs font miroiter une journée de bonheur. Frank et Jean ne sont pas dupes. Ils hésitent, discustent, renoncent, négocient, renégocient... Ils connaissent la prestation des hotels et leurs tarifs, mais ils n'ont pas envie de partir une journée entre vazas et de ne voir de Mada que ses plages et ses stands à touristes. Et quitte à payer un peu plus cher il préfèrent faire l'expédition avec leurs deux amis avides, mais lascars locaux. Ils acceptent finalement, laissant même un accompte, contre une reconnaissance de dette signée de vendredi
 Donia
 

Le soir pour s'en-malgacher ils vont au Donia. Ils y sont quasi les seuls blancs, au milieu d'une foule joyeuse, noire et avinée. Ils se perdent dans la foule. Alors que Jean discute avec une gazelle, son voisin le reconnaissant lui demande : « t’étais bien à Joffreville ? - Oui, il y a trois jours. - Et qu’est ce que tu  as fais... il hésite, puis ne sachant comment le décrire, dit : « le petit vieux, qui était avec toi. » C’est sûr que Frank avec son panache blanc se remarque, et en comparaison aux Malgaches, sa toison fait peu sénile. Jean rit et en profile pour moquer son vieux cousin.

La petite leçon de Malgache de Monsieur Frank le petit vieux.

moins cher : tahaka (taak)
cher : lafo (lafou)
plus : lafo kokoa (lafou koukwa)
trop cher : lafo loatra (lafou loach')
ta soeur est trop chere : lafo loatra rahavavinao (lafou loach' raavavinaou)
sa soeur est moins cher que ta soeur : tsy lafo tahaka i rahavavisy iravavinoa (tsi lafoo taak' i raavavisi iravavinaou)

Peut on avoir confiance en deux petits artisants locaux, ou vaut il mieux, faire affaire avec les multinationnales instalées sur la niche économique, c'est le dilème qui nous anime. heureusement, le suspense sera de courte durée.

J'en vois au fond qui jouent avec leurs consoles. Si c'est comme ça : prenez une feuille et écrivez votre nom puis repondez à cette question, ce sera noté sur 20 : quelle la soeur la plus chere. et quelle est la chêre la moins bonne.