frank et Jean dinde

...Rien quun bout

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

En attendant Noël

 Notre hôtel, le Seven heaven’s haveli, est un havre de paix avec sur le toit le seul bon restaurant de la ville. Ce qui y attire la société expatriée de Pushkar.
Nous y rencontrons Johnny, notre premier allumé d’inde. L’inde attire tout autant qu’elle provoque tous genres de folies, mysticisme, sentiment d’effacement de soi ou abus de drogues, à tel point que le consulat d’Inde est la seule représentation diplomatique Française à l’étranger dotée d’un service psychiatrique.
Notre Johnny qui en est à son vingtième séjour en Inde, dont plus de 15 à Pushkar, est musicien. Il se targue même d’être un bon musicien : il connaît personnellement le directeur de Radio India. Il commence par nous expliquer que toute chose sur terre pense et est dotée d’une âme. Puis, sur le ton de la confidence, nous avoue avoir eut une illumination : Il promenait quand tout d’un coup le flash : Il se vit marcher en jouant d’une basse avec à sa gauche un homme en blanc. L’homme, un barbu, lui prit l’instrument et en joua avant de la lui rendre. Cela ne dura qu’une fraction de seconde et pourrait n’être rien, sinon que depuis il est devenu un bon musicien (dixit Johnny) et qu’en se documentant il a trouvé dans la bible une référence à une scène équivalente, qui lui fait dire qu’il a rencontré Dieu, auquel il avoue ne pas croire.
Ensuite le rejoignent quelques amis expats.
 Pushkar seven heaven
 Mais nous laissons l’allumé parmis les siens, car nous avons le temps avant Noël, de confectionner notre guirlande l’illuminés.