Ma cabane au Guatemala

Les cousins voyageurs en Amérique centrale en 2005

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Antigua

Nous sommes à Antigua, où nous transitons pour une nuit avant de partir pour Monterico, une station balnéaire, dont le seul intêret est d’être sur le Pacifique, et pas dans le routard. Nous avons une grande envie de farmiente. Rouler dans les vagues sur le sable noir face au sunset, nous changera des lac, volcan et baba endormis (Frank : He oui on dit ça.- Jean : la belle au bois dormant, c’est pas pour moi) Mais ce matin j’ai la resaca, gueule bois, car hier nous avons fêté notre retour en ville. Des voitures, des bars et des filles, ça fait du bien aprés notre pause méga-baba sur le lac.

Antigua

En tout cas, je suis plus sensible à l’excitation urbaine que Frank, qui aprés diner, retourne à l’hotel (Jean : il a fait la belle au bois dormant), tandis que je traine en ville. J’y fait la rencontre de Jean Marc, un jeune allemand, genre occidental au cynisme tropical un peu trop cliché, mais sympathique. il me parle d’une fullmoon party sur une ile déserte dans les caraibes au Honduras (Frank : il faut parfois le laisser tout seul - Jean : depuis Rio Dulce il n’arrête pas de dire qu’on ne peut pas me laisser seul).
L’heure tourne et notre collectivo n’arrive toujours pas. Je m’impatiente (Jean : la lagueur tropical ne me changera pas) tandis que Frank reste muet (Jean : lui non plus).

Antigua

Je pense à la fullmoon party, l’affaire est tentante, mais malheureusement nous avons déjà acheté nos billets pour Monterico. Pour une fois que nous nous sommes organisés à l’avance ! Je tente quand même ma chance, “une fête sous les cocotiers... ”Frank ne dit mot. Rien aujourd’hui ne semble le rejouir...Un bus surgit crachant un nuage de fumée acre. j’attends qu’il soit passé et reprends, “Frank, tu t’imagines, allongé sur une plage de sable blanc, sous les cocotiers, en descente, face au lever de soleil”, après un long silence, “Passes moi le guide”, j’ai fait mouche. Je developpe mon idée. “on pourrait allez à Copan voir les ruines, puis continuer vers la côte et faire un week end de folie à Utila.
«Aller Vendu !». Changement de programme et en route pour le soleil ! C’est si facile de trouver l’imprévu. Il suffit de prévoir et de ne pas faire.

JavaScript is disabled!
To display this content, you need a JavaScript capable browser.